entionner celui-là déjà ? Eh bien, je suis VRAIMENT de type A.

Comment les personnes ayant une personnalité de type A se détendent
Ma perception de la méditation est que vous deviez vous asseoir sur un oreiller ; les jambes croisées inconfortablement, les doigts tenus d’une certaine manière, pas tout à fait sur vos genoux mais en l’air. Vous deviez vider votre esprit de toute pensée. Vous fermez les yeux, mais vous levez les yeux comme pour regarder au centre de votre front. Vous mettez votre langue quelque part sur le palais (je ne sais toujours pas où) et vous vous contentez d'”être”.

Comment les personnes ayant une personnalité de type A se détendent
En entendant toutes ces instructions, en particulier celle de ne pas gratter quelque chose si ça me démangeait, je me suis dit : “Je ne pourrais jamais faire ça”.

Mais j’ai essayé. J’ai essayé à plusieurs reprises de m’asseoir sur un oreiller et de me calmer l’esprit. Mais j’avais raison ; mon esprit de singe fou était tout simplement trop occupé à courir d’une pensée à l’autre. Parfois, je sortais de ma méditation assise pour me souvenir de quelque chose sur ma liste de choses à faire ou pour répondre à un appel téléphonique que j’avais oublié. Et je pensais que c’était en fait une bonne utilisation de mon temps.

Si j’étais capable de me calmer suffisamment pour me rappeler toutes les choses très importantes que je devais faire. Mais je me suis rendu compte que ce n’était pas le but de la méditation, de perfectionner ma liste de choses à faire. Quand j’ai essayé de mettre la méditation sur la liste des choses à faire, cela ne m’a pas servi. C’est devenu une tâche, quelque chose que je ne voulais pas vraiment faire mais que je me sentais obligé d’essayer.

Lorsque je travaillais sur mon doctorat et que je terminais ma thèse, qui portait sur le stress et la médecine corps-esprit, je lisais de plus en plus sur la méditation.

J’ai commencé à me sentir presque hypocrite, car je n’arrêtais pas de dire à quel point c’était génial, en citant étude après étude, mais je n’étais pas capable de le faire moi-même. Au cours de mes recherches, j’ai découvert l’Institut Benson Henry pour la médecine corps-esprit à Harvard. Je me suis immédiatement inscrit à un cours d’une semaine avec Herbert Benson lui-même (et ses incroyables collègues).

Le premier jour, il a été annoncé que nous allions méditer maintenant.

J’ai marmonné, “oh merde” sous mon souffle en pensant que j’avais fait tout ce chemin et payé tout cet argent et que j’allais commencer par échouer à quelque chose. L’instructeur a demandé combien de personnes dans la salle avaient une pratique de méditation et je me suis retourné pour regarder derrière moi parce que, bien sûr, j’étais assis au premier rang en tant que Type A comme je le suis. Quelques-uns des 150 participants ont levé la main. Elle a ensuite demandé combien de personnes pensaient ne pas pouvoir méditer et elle m’a regardé directement comme si j’avais un Type A rouge flamboyant brodé sur la poitrine. Je lève provisoirement la main et elle hoche la tête comme si elle pouvait le dire automatiquement.

Elle nous a donné les règles de la méditation, j’attendais la vaste et inconfortable liste.

Mais ce qu’elle nous a donné à la place n’était que deux règles. Deux règles seulement. Qui consistaient à se concentrer sur quelque chose de répétitif, et la numéro deux, si d’autres pensées s’immisçaient, de les rejeter sans jugement. Et elles s’immisceraient probablement. Elle n’a pas mentionné le fait de s’asseoir d’une certaine manière ou de devoir regarder fixement dans notre propre tête, elle nous a simplement appris à nous concentrer sur notre respiration, sur la montée et la descente de notre poitrine. C’était facile pour moi, j’étais une danseuse, je savais ce que faisait ma respiration et j’étais très ancrée dans mon propre corps. J’ai trouvé cette partie de l’activité réconfortante. Elle nous a ensuite fait répéter à l’inspiration “je suis” et à l’expiration “en paix”. Inspirez “je suis” et expirez “en paix”. Nous avons fait cela pendant environ cinq minutes et d’autres pensées se sont immiscées, si bien que, sans jugement, je me suis simplement ramené au mantra et à la respiration.

À la fin de ces cinq minutes, elle nous a comptés et nous a dit de revenir dans la pièce.

J’ai secoué la tête non. C’était si bon ! Quand j’ai finalement ouvert les yeux, elle me regardait avec un regard approbateur. Depuis cette époque à Harvard, j’ai appris à des millions de personnes à faire la mini-méditation. Et je le fais pour moi-même plusieurs fois par jour. J’ai aussi appris que l’on peut marcher tout en méditant, courir, jouer au tennis, jardiner, mais que cela fonctionne pour soi-même. Je pense qu’il est important de personnaliser ce que la méditation signifie pour vous et comment elle va fonctionner au mieux.

Et les minis sont tellement fabuleux parce que vous pouvez les faire à tout moment et en tout lieu. Vous n’avez pas besoin de fermer les yeux, de vous contorsionner dans une sorte de position de type yoga, à moins que vous ne le vouliez. Ainsi, personne n’a besoin de savoir que vous le faites. Cela m’a calmé dans les longues files d’attente à la poste, m’a permis de rester en paix quand j’attends le retard de mon cinquième vol et a empêché la rage de la route de Los Angeles de s’installer. Elle vous ramène au moment présent et met fin à cette lutte ou à cette réaction de fuite qui peut être si préjudiciable à notre santé et à notre bien-être.

On estime qu’entre 60 et 90 % de nos visites chez le médecin sont dues à des maladies liées au stress.

La plupart des gens que je connais ne vont pas prendre le temps et l’effort de s’asseoir sur l’oreiller pour apprendre à méditer formellement, alors la mini-méditation est parfaite pour eux. Et maintenant, je dois admettre que dans ma voix la plus humble de type A…je peux maintenant m’asseoir sur un oreiller et méditer. Je peux laisser mes pensées s’en aller et je peux les voir s’en aller en tant qu’observateur impartial. Je suis assis en position du lotus, les mains flottant doucement au-dessus de mes genoux, les yeux fermés, la langue sur le palais derrière les dents, et je peux me transformer en un million de bulles et m’envoler. Il a fallu de la pratique.

Il a fallu de la discipline et de la mini-méditation pour ouvrir la voie. La mini-méditation a été ma drogue d’entrée pour pouvoir m’asseoir en méditation formelle. Je n’ai pas toujours le temps et je ne le fais pas toujours “bien”, mais je le fais. Et j’ai vu de grands avantages et des changements importants dans ma vie. Et chez les personnes à qui je l’ai enseigné. Jeunes, vieux, toxicomanes, répartiteurs du 911, infirmières au Moyen-Orient. Essayez-le. Juste pour 3 minutes, quelques fois par jour. C’est le défi que je vous lance. Et si vous êtes aussi compétitifs que moi, vous me prendrez au mot et vous excellerez.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here